Occupation Double Bali, épisodes 5-6: Moutons rasés, tuque et émoji de caca

Vous avez manqué l’épisode de jeudi? Chanceux. Je peux vous la résumer rapidement, aussi rapidement que j’ai appuyé sur le fast forward de ma manette Vidéotron. En quelques mots, on grince un peu trop des dents devant l’humour beige de Jay qui nous amène dans les coulisses d’une émission dont on n’a pas eu le temps de s’attacher encore. On voit un bout d’audition de certains candidats et on réalise qu’il ne devait pas y avoir tant de potentiel chez les célibataires envoûtants du Québec, puisqu’ils ont sélectionné Philippe, qui est venu dire aux juges qu’ils allaient leur donner de la télé et du contenu comme ils n’avaient jamais eu. On attend toujours.

kaled.png

Un Kaled aux cheveux longs, attriqué avec un couvre-chef, un collier et des lunettes, est venu faire un coucou aux candidats avant de se rendre au party costumé qui l’attendait visiblement. La grosse face de Judith était là aussi, à parler à la place de Jimmy. C’est beau de voir comme on change. On a le privilège et l’exclusivité d’aller voir Jay se faire vacciner en prévision de son voyage dans une chic clinique d’esthétique. « Jean Coutu, ça lui tentait pas? » demande Pascale, invitée spéciale sur mon divan. Telle une Miss Swan aux lèvres enflées, Alexandra est dans la salle d’attente afin d’avoir un petit make-over avant son départ pour Bali. Les coulisses du photoshoot pour le générique sont interminables et inintéressantes. La coordinatrice de prod qualifie celui-ci de complexe… *insert confused emoji here*  Entre deux jokes plates, on voit la rencontre des filles et le cours de maquillage de Clarins auquel elles ont droit, because télévision en HD. « Les filles de Clarins sont vraiment wow! » jubile Alanis alors que les faux cils d’Élodie nous parlent de sa passion pour le maquillage.

Assis par terre, Guillaume se réjouit encore de la typographie du nouveau générique et Pascale est tout aussi enthousiaste. Sans farce, ça fait une semaine qu’il nous en parle. Nouvelle génération oblige, un téléphone sans fil posé sur une table sonne et Karine galope en bikini puisqu’elle a l’opportunité de texter un gars l’autre bord. « Je veux texter avec LP SVP LOLOL hihihi ;)» , écrit-elle (probablement). Celui-ci est heureux, mais pas assez pour se lever de sa chaise et un gars lui apporte le cell. S’ensuit une conversation en texto dont les fautes ont clairement été corrigées par la production et Karine s’assure de lui envoyer un selfie montrant bien sa démarcation de maillot. Quant à LP, il peut compter sur sa belle chimie avec Sansdrick, qui lui dicte quoi répondre.

Karine.png

Jessie et Philippe sont en voyage en Nouvelle-Zélande et sont accueillis par un pilote d’hélicoptère que Pascale et Marie-France trouvent vraiment sexy. Celui-ci les emmène sur une montagne. En chemin, Jessie décrit tout ce qu’elle voit à Philippe, pourtant juste à côté d’elle. « Elle pense qu’il ne peut rien voir sans ses lunettes », m’explique Alex, en direct de son chalet, où il écoute l’émission avec sa cousine Sophie. « C’est comme aller à la Ronde, mais en 100 fois mieux », décrira la jeune artiste. Alors que chez nous, on réalise vite que Philippe est narcissique et un brin ordinaire, les yeux de biche de Jessie n’y voient que du feu, même quand il refuse d’ouvrir la bouteille de champagne pour elle. Toutefois, il lui réchauffe les mains avec sa bouche. « J’imagine qu’elle a trouvé ça cute et charmant », raconte-t-il de Jessie, qui a les lèvres mauves. Après qu’elle ait nonchalamment parlé de son activisme, Philippe est prêt à devenir vegan et à  dire n’importe quoi pour entrer dans les sous-vêtements de Jessie. Toujours en roadtrip, ils arrivent près d’une falaise après qu’elle ait effectué une analyse des moutons rencontrés et ils sautent en bungee, en profitant pour se coller au bout de la corde. Ils se rendent ensuite sur le bord de l’eau au son d’une musique qui se veut romantique. « On dirait le thème musical de La petite vie! » observe Pascale. Philippe est le premier de la saison à mentionner le terme « afficher », confirmant qu’il n’embrasserait pas Jessie, mais qu’il aurait couché avec elle si ce n’était des caméras. Lors d’une session de confidences au bord du feu le soir venu, Philippe ne veut parler que du côté bisexuel de Jessie et a un semi-croquant en préparant déjà son trip à trois avec Joanie, puisqu’elle aussi a un faible pour la touffue blonde.

Image-1 (2).jpg

Jay réveille les filles avec sa planche du jeu de la bouteille, avec le nom des filles imprimés sur une feuille cheap et collés au scotch tape. Sous l’œil attendri du coussin d’émoji de caca d’Alexandra qui parle comme une vieille fumeuse, Jordanne et ses rallonges sont choisies pour aller faire du surf pendant environ 45 secondes avec Kris, armé de ses cuisses au bronzage inégal, de Louis-Philippe et du gars de Moana de Karym. Jordanne, occupée à tomber en surfant dans deux pieds d’eau, ne parle pas vraiment aux gars, mais invite LP à passer un peu de temps avec elle. « Yé. », dit-il, étouffant d’enthousiasme, pendant que Kris baboune. Durant la discussion, dans laquelle on a passé proche d’entendre plus de détails sur le mystérieux ancien chum décédé, LP tente d’extirper subtilement des informations sur les autres filles tout en sirotant sa noix de coco fraîche.

Segment inutile : le toque à toque cœur à cœur de Jay avec le pauvre Pascal-Hugo et son vocabulaire déficient. « On dirait un PowerPoint cheap réalisé par un élève de secondaire 5! » dit la cousine d’Alex, alors qu’on voit défiler une avalanche de coeurs entre les propos du couetté, qui est né à Chicoutimi, qui a failli être nageur olympique et qui faisait partie d’une secte. Aussi au menu; une blague de pénis et quelques « dude » et « nice! » éparpillés.  « C’est lourd! », observe Marie-France. « Même si tout autour de nous est fake, nous on est vrai », conclut le jeune père Fourra des pauvres, parlant de l’aventure d’OD.

montage.jpg

C’est le temps de foutre le trouble et on assiste à la soirée thématique « Bulles de nuit ». « J’ai tout de suite remarqué le set up en arrivant. », déclare Adamo, tuque sur la tête malgré une température de genre 45 degrés. « Fin observateur! », dit Raph. Karine, qui a enfilé une passe dans ses cheveux encore mouillés, se déclare neutre tout en bitchant sur les filles de la maison. Alexandra, quant à elle, travaille fort en parlant avec Kris tout en montrant son sideboob au Québec entier. Joanie, qui fait sa coquine cute avec Sansdrick déclare « I’m crushing a little » à une auditoire anglophone inexistante. « Pour voir le monde », commence un Pascal-Hugo philosophe et chaudasse, citant Boom Desjardins à Joanie. « Son style icon », précise Alex. Jay arrive comme un (long et teint) cheveu sur la soupe pour annoncer que les candidats doivent nommer sur-le-champ une personne qui sera présente à la table de délibération. La nomination d’Alexandra, venue de Pascal-Hugo « met le feu au foin sèche », référant probablement à la tignasse de Joanie, qui est indignée. C’est finalement Kris qui est choisi et Jay, qui écoutait à la porte, arrive sur le fait. La pauvre Alexandra se confiera plus tard à Sansdrick sur la constante tension qui règne dans la maison des filles. Celui-ci n’est pas impressionné et pense qu’elle est une mauvaise langue pas de classe.

sideboob.png

Karym repart fâché que Kris ait été choisi pour la délibération et boude une fois rendu à la maison. « Il est clairement un enfant unique! », dit Alex, alors qu’on le voit partiellement se chicaner, grâce à un mauvais cadrage de caméra, qui coupe sa face, mais ne manque pas de nous rappeler qu’il aime se gratouiller l’entre-jambes. On assiste à la chicane et c’est long. Kris pose ses éternels loafers bruns sur la table en se joignant à l’engueulade. « Alexandra, elle joue pas une game, c’est une MARDE! » hurle Sansdrick, en offrant probablement la meilleure citation de la saison. On est tout de même un peu blasé et mêlé dans la bisbille, pendant que Raph et Marie-France se prennent en selfie.

scratch.png

Bas blancs dans ses sandales, Philippe arrive de la Nouvelle-Zélande et peine à comprendre ce qui s’est passé cette semaine. « Pourquoi le monde pleure, c’est du yoga! », dit-il en entendant le récit de la session de braillage mandala. Il reprend rapidement son passe-temps favori, celui de comploter, cette fois avec Kris, confortablement installé bien écarté sur la table de salon, tout juste à côté du grand divan libre. « Je ne vais pas finir mes jours avec une fille l’autre bord! », dit-il en toute lucidité.

C’est finalement le souper d’élimination, auquel assistent Kris, Louis-Philippe, Sansdrick, Pascal-Hugo, Alanis, Jessie et Jordanne, qui a jugé bon de se mettre du eye-liner blanc Clarins pour l’occasion. Une grosse discussion a lieu autour des assiettes de poulet qui refroidissent sur la table, ce qui inquiète Sansdrick. Plusieurs longueurs encore ici, très pratique pour le remplissage de verre de vin et de pause pipi, alors que Kris avoue avoir un penchant pour le scrunchie d’Alexandra et voir clair dans le petit jeu de Karine. «Il a des yeux globuleux, mais il a une tête sur les épaules! » dit Sophie. Par la suite, Jay, armé d’un énième collier, annonce une twist que personne (sauf Raph) n’avait vu venir; la personne éliminée devra forcément être un de ceux présents au souper. Louis-Philippe ne fait ni une ni deux et enclenche la délibération la plus rapide au monde en amorçant un long monologue annonçant à Alanis que les gars la trouvent ben cute pis tout, mais qu’elle a zéro chance de séduire un gars. Kris, le cœur sur la main, est fier de lui dire ce que toute personne rejetée veut entendre; qu’il aimerait ça être son ami. « T’es ben sweet, par exemple » conclut LP en faisant un câlin à la jeune paysagiste en larmes, l’envoyant sur son chemin. Lors de l’annonce à tous, Karine utilise son talent d’actrice qui ne pogne pas pour faire comme si elle était choquée et peinée par l’annonce et Alexandra s’élance, les lèvres en sueur pour faire une accolade à celle qu’elle décrit comme sa « rock », alors qu’un caméraman tente de se camoufler dans une plante en arrière-plan.

Image-1 (3)

Alanis, résolue, enlève ses talons et met ses flip flops pour aller dire bye aux gars, vu qu’anyway, ils la trouvent tous pichoue. J’aimerais profiter du moment pour une correction; ce n’est pas un dab collectif que les gars font lors d’un départ, mais bien un sniffage de dessous de bras en rond. Touchant. Le pauvre Jay est pogné pour faire l’aller-retour vers l’aéroport pour aller domper Alanis et tente de la consoler de son ton monotone en lui rappelant qu’elle a fait un hit viral avec son bonnet de douche. « Définis hit, là! », texte Alex. Ne sachant pas trop quand se taire, Jay demande à Alanis ce qu’elle avait hâte de retrouver à la maison. « Je ne sais pas, j’ai pu d’job », conclut-elle. Oups.

Michaël

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *