10 émissions québécoises dont on s’ennuie

Nostalgique comme je suis, j’aurais honnêtement pu en faire une dizaine de plus tellement on a de choix. Voici quand même mon palmarès des plaisirs coupables des belles années.

P.S., prenez le temps de regarder les extraits vidéos, il y a de la vraie beauté.

Tribu.com

Allô le côté edgy de 2001! On y croyait tous; une gang d’adultes super libres et horny  qui travaillent dans un bureau de pub. Tous sont des génies super sexy, mais sont aussi troublés et mystérieux. Caroline Néron reprenait son rôle de Stella de Diva, alors qu’Anik Lemay jouait la femme fatale. Je ne me souviens pas trop ce qui se passait avec eux, mais Maxim Roy et Louis-Philippe Dandenault était un couple ben ben cute. Me semble que Maxim attendait un enfant mais n’était pas certaine de l’identité du père. Louis-Philippe a eu un GRAVE accident de moto après qu’elle le lui ait dit. Qui n’a jamais vécu un tel drame, tout ça durant les heures de bureau? Je veux retourner dans un monde plus simple, dans lequel Richard Robitaille et Serge Dupire sont considérés comme les gars chauds de la télé, alors que les intrigues tournaient autour de cette menace qu’était internet au tournant des années 2000. Mention toute douce à Frédérick De GrandPré, qui jouait le concierge du bureau, sourd et muet.

 

Chop Suey

Les tribulations de trois jeunes femmes (Anne Bédard, Valérie Gagné et Feu Marie-Soleil Tougas) vivant en colocation dans la dure ère de la fin des années 80. Que demander de mieux? Un peu  de Suzanne Champagne qui vit une belle romance avec Marcel Leboeuf pré Pur-Noisettier en concierge pas vite vite? Done! Marc Labrèche et son coat de cuir qui se tannent de l’émission et se font remplacer par Guy Jodoin et son coat de cuir? Ok! Des femmes libérées au nom edgy comme Claude? Accordé! Bon, ya juste la période où Marie-Soleil est apparue en chaise roulante à cause d’une soudaine sclérose en plaques qui était un peu rushant. Merci, Christian Fournier pour cette intrigue débuzzante et rushante.

 

Jasmine

R’garde. Jasmine Rocheleau et son show ont une place toute spéciale dans mon cœur. Des cheveux grichous, du racisme, de la jalousie, du lesbianisme ET des blagues déplacées de JiCi Lauzon? Je signe où? Linda Malo et son manque de talent se trouvait vraiment avant-gardiste dans le rôle d’une métisse qui commence sa job de policière dans un dur quartier (des gangs de rue! Des voleurs! Des soûlons qui pitchent du linge d’en haut d’un balcon!) où les gens de couleurs sont clichés. Je ne peux pas décrire le bonheur que m’apportaient les intrigues de la série, avec entre autres une Isabel Richer blonde et ingénue, une Marie-Soleil Tougas bleachée et prostituée qui tombe en amour avec l’énorme moustache de Julien Poulin et une Geneviève Brouillette en journaliste sérieuse. Juste la musique ethnique du générique nous faisait comprendre que TVA était LA chaine edgy. C’est aussi l’époque à laquelle je suis tombé amoureux d’Hugo Dubé, qui était le bad boy du poste. Mmm!

Lingo

On vient pour l’animation enthousiaste de Paul Houde et les possibilités de mots cochons de cinq lettres qu’on espérait que les participants prononcent, on reste pour la game de bingo et l’infâââââââme boule noire.

 

Portfolio : derrière l’image

On a un jour cru bon confier l’animation d’une télé réalité tentant de dénicher de potentiels mannequins québécois à Mahée Paiement. Elle est ben cute, mais elle n’avait aucune idée de ce qu’elle faisait et même elle ne semblait pas réaliser le hot mess dans lequel elle s’était embarquée; des candidats ordinaires, des challenges endormants et une émission sans contenu. Malgré tout, quel plaisir de juger ces pauvres jeunes qui travaillaient d’arrache-pied pour ne pas se faire mettre à la porte par l’air bête de Corinne Poracchia, propriétaire d’une agence de mannequins.

 

Tout sur moi

Montrez moi une série québécoise plus culte et délicieuse que celle-ci. J’attends. Macha Limonchik, Valérie Blais et Éric Bernier jouaient leurs propres rôles pendant cinq délectables saisons et on ne compte plus les citations marquantes. Sérieusement à voir et à revoir. Ah, tu manges encore…

 

Les Intrépides

On s’entend tu que cette émission-là est due pour sortir en DVD? Tom pis Julie, un français pis une québécoise qui start une émission de radio pirate pour venir en aide aux jeunes qui vivent des choses vraiment troublantes qui ne sont jamais arrivés à personne que je connais. Des adultes trop nigauds pour saisir que leurs enfants ont assez de matériel pour animer une émission de radio dans le sous-sol, c’est legit! Seul bémol; le babysitter asiatique était vraiment creepy et je n’ai jamais compris sa pertinence.

 

Les Super Mamies

Bon, on ne s’en ennuie pas tant, mais l’idée d’une version cheap de Golden Girls mettant en vedette une Rita Lafontaine qui porte une perruque et l’énervée à France Castel? Faut avouer que c’était du génie. Regardez juste le générique; avouez que vous mourrez d’envie de savoir qui est au bout du vieux téléphone sans-fil de Rita qui répond en se retournant subitement, alors que vous vous laisserez bercer par le rassurant thème musical.

 

Des fleurs sur la neige

Une mini-série qui nous a pas mal traumatisés chez nous et pas juste à cause des dents croches de Céline Dion. La pauvre Élisa T. qui se fait battre par sa mère et son père, pis son beau-père pis qui se retrouve en famille d’accueil. Grâce à cette émission, j’ai découvert que ‘’guenon’’ était une insulte utilisée. La passe où Céline donne un beau coussin qu’elle a fait avec amour à sa mère et que celle-ci le sacre à la poubelle m’a vraiment marqué. Han Masson, la mère qui n’a visiblement plus rien fait après est vraiment excellente. Ben, n’importe qui comparé à l’acting de Céline serait extraordinaire, remarque.

 

Les Machos

Une gang de vieux cochons sur le retour d’âge qui exercent le métier le plus cliché qui soit; vendeur de chars. Michel Forget et sa grosse moustache, marié à la pauvre Louise Turcot, tente de nous montrer les relations hommes-femmes des années 90 en cruisant les guédailles du bureau, soit Valérie Valois et Geneviève Rioux, tout en dealant avec l’accent rushant d’Anne Bédard, vraiment bien cerné par Guy A dans la parodie de RBO, qui résume pas mal bien les intrigues sans subtilité de Lise Payette. Voir plus bas.

 

Bonus : À plein temps

Parce qu’il n’y a aucun message qu’une marionnette au dialogue sérieux ne peut passer! Probablement incapable de trouver de jeunes comédiens crédibles, on a cru bon distribuer certains rôles à des marionnettes pas du tout rushantes qui interagissent avec de vrais humains qui font comme si de rien n’était. Francis Reddy, Suzanne Champagne et Louison Danis sont parmi les chanceux qui tentent d’être dramatiques avec des poupées. Si vous avez toujours rêvé de voir une marionnette être complètement battée sur du pot, voici votre chance!

Michaël

2 thoughts on “10 émissions québécoises dont on s’ennuie

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *